Volaille sur un marché au Mali. © S. Molia, ©Cirad

Une seule santé

La santé des plantes et des animaux est un élément déterminant de la sécurité alimentaire au Sud. Elle est dépendante du bon fonctionnement des socioécosystèmes et directement liée à la santé publique et au bien-être des populations humaines. La mobilité humaine et animale, les échanges de produits animaux et végétaux, l’intensification agricole, l’extension territoriale des productions, l’utilisation de produits phytosanitaires et vétérinaires, le changement climatique, les phénomènes naturels extrêmes, les bouleversements écologiques aggravent les risques sanitaires et complexifient les questions de recherche en santé.

Une approche systémique et intégrée pour de bonnes relations entre agriculture et santé

Dans le domaine de la santé des plantes, des animaux et des écosystèmes, les recherches du Cirad s’inscrivent donc résolument dans une approche systémique et intégrée questionnant la relation entre agriculture et santé.

Cette approche systémique et intégrée implique d’alimenter les concepts scientifiques liés aux communautés de pratiques qui développent des approches globales, One Health, EcoHealth et/ou Planetary Health, et de participer activement aux arènes internationales dans ces domaines, au Sud comme au Nord.

Pour mettre en œuvre ces approches, le Cirad mobilise aussi bien ses compétences disciplinaires, ses infrastructures de recherche et laboratoires de référence assurant une capacité de développement d’outils de suivi et de contrôle, ses collections et bases de données, les réseaux régionaux de santé auxquels il contribue ou qu’il a développés (incluant ses dispositifs de recherche et de formation en partenariat dP), son partenariat dans la durée au Sud et son expérience de terrain sur de nombreux modèles.

Le Cirad, un interlocuteur majeur pour l'épidémio-surveillance et la veille sanitaire

Ces atouts permettent au Cirad de se positionner sur de grands programmes de contrôle, mais aussi comme interlocuteur majeur des ministères en charge de la gestion de la santé au Sud, des organisations internationales ou du ministère de l’Agriculture français sur les questions d’épidémio-surveillance et de veille sanitaire internationale, notamment avec ses dispositifs outre-mer. Le Cirad est déjà fortement investi dans les approches intégrées (One Health, etc.), qui prennent en compte diverses disciplines (de la biologie aux sciences sociales), des secteurs (environnement, agriculture, santé publique…) et des acteurs (politiques, institutionnels, recherche, privés, bénéficiaires producteurs et éleveurs). Le lien étroit entre recherche, expertise et formation lui assure une capacité originale d’intervention et d’appui. Le Cirad est reconnu dans plusieurs domaines nécessaires à la mise en œuvre de ces approches : entomologie, études du microbiome, connaissances des variétés et races locales résistantes aux maladies, écologie à toutes les échelles, épidémiologie et modélisation, analyse des risques et amélioration des systèmes de surveillance.

Les fronts de recherche et de développements technologiques pour des approches intégrées de la santé

  • Les systèmes de surveillance, d’alerte et de contrôle capables d’analyser les émergences en développant des approches participatives en santé et la lutte collective.
  • Le biocontrôle et la résistance aux antimicrobiens.
  • Les phytobiomes, microbiomes, holobiomes et les interactions entre communautés de micro-organismes.
  • L’édition des génomes (résistance, vaccins, vecteurs…).
  • Les big data, en particulier les données textuelles, environnementales et la métagénomique.
  • La modélisation, y compris spatialisée, l’étude de la mobilité animale et humaine, l’analyse des paysages.
  • L’économie de la santé et le partenariat public-privé.
  • L’analyse des déterminants socio-économiques et culturels des comportements des acteurs sociaux à risque.
  • L’accompagnement des acteurs territoriaux dans une démarche de gestion intégrée de la santé (incluant agriculteurs, consommateurs, décideurs…).
  • La contribution à l’élaboration et l’analyse des politiques de santé.

Le Cirad s’inscrit dans les problématiques émergentes et mondiales

Par ces approches, le Cirad se mobilise sur les questions de l’antibiorésistance (AMR) ou les risques sanitaires et toxicologiques touchant les populations, les systèmes alimentaires et les écosystèmes. Il se positionne ainsi sur les notions d’émergence, d’endémicité en particulier des maladies négligées, d’impact des pratiques de gestion ou de surveillance et de vulnérabilité. Il développe des outils tels que des observatoires, des indicateurs de la « bonne santé » des plantes, des animaux ou des socio-écosystèmes.