Marie Ange Ngo Bieng, écologue forestière au Cirad intervient au Global Landscapes Forum, Bonn, 2019 © Pilar Valbuena/GLF

Appui à la diplomatie scientifique

Acteur majeur de la diplomatie scientifique, le Cirad contribue à enrichir l’expertise mondiale sur le vivant et l’agriculture, concourt à la coopération scientifique bilatérale et la politique de développement international françaises, et accueille des étudiants étrangers. Il vise à atteindre les objectifs de développement durable aux côtés des pays prioritaires de l’aide publique au développement française.

Les défis complexes auxquels le monde est aujourd’hui confronté appellent une réponse coordonnée et intégrée de la science, à l’échelle planétaire. La France joue un rôle stratégique au sein de la mobilisation internationale via la diplomatie scientifique. Le Cirad - établissement public de recherche placé sous la double tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et du ministère de l’Europe et des affaires étrangères - contribue à la diplomatie scientifique en pratiquant une recherche finalisée qui vise à inventer des agricultures résilientes pour un monde durable et solidaire.

Enrichir l’expertise scientifique mondiale

Le Cirad, tout en restant enraciné dans des territoires et des problématiques concrètes et contextualisées, tire profit de la diversité de ses partenariats scientifiques pour développer des approches comparatives, produire des connaissances génériques et contribuer aux innovations qui permettront d’atteindre les objectifs de développement durable, en particulier pour les plus pauvres. Les différents travaux de l’établissement viennent enrichir les connaissances sur six thématiques de recherche prioritaires :

  • Biodiversité
  • Une seule santé
  • Changement climatique
  • Transitions agroécologiques
  • Systèmes alimentaires
  • Territoires

Le Cirad fournit par ailleurs une expertise aux autorités françaises dans les négociations internationales, via les organisations multilatérales (G7, Conférence des parties de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques - COP, symposium de la FAO, etc.).

Certains de nos chercheurs siègent dans des instances à l’interface sciences-politiques, comme le Groupe d’experts de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition (HLPE) au sein du Comité de la sécurité alimentaire mondial (CSA). D’autres sont mis à disposition. C'est le cas, par exemple, d'un conseiller scientifique à la représentation permanente de la France auprès des institutions des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture à Rome (FAO, Pam, Fida).

Contribuer à la politique de la France et de l’Union européenne

La politique de développement international de la France s’inscrit dans le cadre fixé par la communauté internationale, et en particulier le Programme de développement durable à l’horizon 2030, l’Accord de Paris sur le climat et le programme d’action d’Addis-Abeba sur le financement du développement. Elle s’intègre également dans le Nouveau consensus européen pour le développement, adopté en 2017.

Au niveau français, le Cirad collabore étroitement avec l’Agence française de développement (AFD). Via un accord-cadre pluriannuel, l’AFD finance nombre de nos projets de recherche-développement, à hauteur de 20,6 millions € pour 53 projets en 2020. Nous concentrons ainsi nos efforts dans les 19 pays prioritaires de l’aide publique française, en particulier en Afrique subsaharienne. Les priorités stratégiques de l’établissement sont également en cohérence avec celles définies par l’État.

Afin de contribuer activement aux objectifs de l’alliance Sahel, créée en 2017 par la France et l’Allemagne, le Cirad et les institutions nationales de recherche agronomique des pays sahéliens ont signé en 2018 la déclaration de Ouagadougou.

Le Cirad concourt également à la politique de développement international de l’Union européenne, et notamment au dialogue Europe- Afrique. Il participe aux initiatives et instruments européens, tels les programmes H2020 et Development Smart Innovation through Research in Agriculture (DesiRA).

Former des étudiants et jeunes chercheurs des pays tropicaux et méditerranéens

Le partenariat, tel que le met en œuvre le Cirad, doit établir les conditions d’une maîtrise par les sociétés, notamment les plus fragiles, de la pro­duction de connaissances dont elles ont besoin pour construire un futur durable.  Le Cirad contribue ainsi à former les étudiant.e.s et jeunes chercheurs.es et à renforcer les capacités en innovation des pays avec lesquels il coopère.

Deux modes d’action sont privilégiés :

  • L’accueil de plus de 200 doctorant.e.s du Sud chaque année dans nos équipes et nos terrains de recherche
  • La conception et l’animation d’une vingtaine de masters avec les universités partenaires dans les pays du Sud ainsi que des produits pédagogiques innovants (MOOC, enseignement à distance, etc.)