Photo du Codir.©-Franck DUNOUAU

Organisation et gouvernance

Le Cirad emploie 1 650 personnes, dont 1 140 scientifiques et parmi eux 800 chercheuses et chercheurs. Ces scientifiques sont organisés en 29 unités de recherche réparties au sein de trois départements scientifiques.

Présidente-directrice générale

Élisabeth Claverie de Saint Martin

Elisabeth Claverie de Saint Martin © Arnaud Calais

© Arnaud Calais

Normalienne et énarque, Élisabeth Claverie de Saint Martin a commencé sa carrière comme chercheuse en microéconomie. Intégrant la fonction publique en 1993, son parcours deviendra ensuite très vite interministériel en travaillant sous l’autorité directe de trois ministères français (Finances, Recherche, Affaires étrangères) ainsi qu’au service d’un gouvernement étranger (Espagne).
À partir de 2013, elle devient conseillère principale pour la France auprès de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI) à Washington DC (États-Unis). Elle s’investit alors dans la construction et le pilotage des politiques d’aide publique au développement.
En 2016, elle revient en France et devient directrice adjointe du développement durable de la direction générale de la mondialisation, de la culture, de l’enseignement et du développement international au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.  À travers ce parcours, elle a ainsi développé une forte sensibilité sur les questions de biodiversité et climat dans le cadre européen et multilatéral.
C’est en 2018 qu’elle rejoint le Cirad comme directrice générale déléguée à la recherche et à la stratégie, avant d’être nommée le 16 juin 2021 présidente-directrice générale.  

Mandats au sein d’autres organisations :

  •  Administratrice d’INRAE, l’institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement
  •  Administratrice de l’Institut de recherche pour le développement (IRD)
  •  Administratrice d’Agropolis Fondation
  • Membre du Conseil scientifique de l’Agence française de développement (AFD)
  • Membre du comité stratégique de Digitag

Direction générale déléguée à la recherche et à la stratégie

La direction générale déléguée à la recherche et à la stratégie conduit, aux côtés du président directeur général du Cirad, la stratégie fixée par le conseil d'administration. En particulier, elle définit les axes prioritaires de recherche, de partenariat et de renforcement des capacités ; elle est garante de la qualité de leur traduction opérationnelle ; et elle identifie les évolutions souhaitables en termes de compétences scientifiques et techniques.

 

Direction générale déléguée aux ressources et dispositifs

 

La direction générale déléguée aux ressources et dispositifs établit et déploie les lignes directrices pour la mise en œuvre de la stratégie de l’établissement et de son contrat d’objectif par la recherche, l’identification et la mobilisation des moyens financiers, humains et matériels nécessaires à la production scientifique par les unités de recherche.

 

Départements scientifiques

Systèmes biologiques (Bios)

Le département scientifique Systèmes biologiques mène des recherches sur le vivant, sa caractérisation et son exploitation. Il aborde la diversité, la biologie et le fonctionnement des organismes et des populations ainsi que les relations qu'ils entretiennent entre eux et avec leur milieu hors et sous pression anthropique.
Ses travaux s’effectuent à l’échelle du génome, de la cellule, de l’organisme et de la population. Ils reposent notamment sur les concepts et les outils de la génomique, de la physiologie, de la génétique, de la microbiologie, de l’épidémiologie, de l’entomologie et de l’écologie. Ils associent l’analyse, les statistiques et la modélisation pour mieux comprendre les systèmes biologiques.
Les thématiques abordées par les unités de recherche du département Bios incluent la diversité - l'amélioration - la sélection végétale, la santé des plantes et la santé animale, avec des approches de plus en plus intégrées et multidisciplinaires.

Thierry Lefrançois, directeur

Thierry Lefrançois. © Franck DUNOUAU

© F. Dunouau

Vétérinaire avec un doctorat et une HDR en physiopathologie à l'Inserm, Thierry Lefrançois travaille depuis une vingtaine d’années au Cirad sur l'immunologie, le diagnostic et l'épidémiologie des maladies infectieuses animales tropicales. Ses activités de recherche se sont focalisées ces dernières années sur l’émergence des maladies infectieuses et notamment vectorielles avec un intérêt particulier pour le développement des interactions entre la recherche et la surveillance dans le cadre de réseaux régionaux de santé au Sud. Après avoir occupé des postes de chercheur au Burkina Faso, au Kenya et en Guadeloupe sur ces thématiques, il a été directeur de l’UMR Contrôle des maladies animales exotiques et émergentes (CMAEE) puis de l’UMR Cirad-INRAE Animal, santé, territoires, risques et écosystèmes (Astre) qui développe une approche intégrée et interdisciplinaire de la santé animale dans le cadre du concept « One Health ».
 

Performances des systèmes de production et de transformation tropicaux (Persyst)

Le département scientifique Performances des systèmes de production et de transformation tropicaux conduit des études sur les productions tropicales (agriculture familiale et production de rente) à l’échelle de la parcelle, de l’exploitation et de la petite entreprise de transformation. Ses travaux sont réalisés en partenariat avec les acteurs locaux de la recherche en Afrique, Asie, Amérique latine et dans les départements français d’outre-mer.

Les recherches abordent les champs thématiques de l’agroécologie et de l’intensification écologique, de l’écologie des sols et de l’environnement, de la durabilité des systèmes de transformation alimentaire et non alimentaire des produits. Les unités étudient plus précisément les processus de régulation biologiques au sein des systèmes de production, l’efficience de l’utilisation des ressources (énergie, eau, nutriments, etc.), les performances des systèmes de production et de transformation selon des approches multicritères. À partir de ces connaissances, elles conçoivent, avec les producteurs et les acteurs du développement, des systèmes innovants et durables de production et de transformation alimentaire et non alimentaire.

Jean-Paul Laclau , directeur

Jean-Paul Laclau.  © Franck DUNOUAU

© F. Dunouau

Jean-Paul Laclau s’intéresse depuis près de 30 ans à la gestion durable des plantations tropicales. Après des activités d’ingénieur au Cirad comme responsable d’inventaires forestiers en Nouvelle-Calédonie puis de l’aménagement de plantations industrielles d’eucalyptus en République du Congo, il a poursuivi sa formation par un doctorat en sciences agronomiques et une habilitation à diriger des recherches (HDR). Ses activités de recherche en République du Congo et au Brésil ont d’abord été focalisées sur l’étude des cycles des éléments nutritifs dans les plantations forestières à croissance rapide. Il s’est ensuite intéressé aux interactions entre nutrition minérale et cycles du carbone et de l’eau dans les plantations. Au cours des dernières années, ses activités de recherche ont porté sur l’influence de mélanges d’espèces sur le partage des ressources ainsi que sur le rôle de racines très profondes dans le fonctionnement des arbres. Après plus de 20 ans d’expatriation, il a été directeur adjoint de l’UMR Écologie fonctionnelle et biogéochimie des agro-écosystèmes tropicaux et méditerranéens (Eco&Sols). Il est membre de différentes instances scientifiques nationales et internationales.

Environnements et sociétés (ES)

Le département scientifique Environnements et sociétés centre ses recherches sur les relations entre agriculture, gestion des ressources naturelles et dynamiques sociales, en lien avec les politiques publiques. Ses travaux s’effectuent à toutes les échelles du développement rural, depuis l’exploitation familiale jusqu’à l’international. Ils portent sur les processus d’innovation et de coordination entre acteurs et groupes sociaux et sur les territoires, en tant que lieux privilégiés de régulation.

Les scientifiques font appel aux enquêtes, aux sondages et aux inventaires, aux techniques de représentation et de modélisation des systèmes complexes. Ils développent des concepts et des outils issus de différentes disciplines des sciences agronomiques et des sciences humaines et sociales. Ils s’intéressent aux pratiques de gestion collective des ressources renouvelables — eau, forêts, pâturages, faune sauvage — dans une perspective de production durable de biens et services. Leurs travaux portent également sur l’élaboration et l’impact des politiques publiques, notamment dans la gestion de biens publics et l’organisation des marchés, et sur l’élaboration de normes et l'aide à la négociation entre acteurs dans le domaine de l’agriculture et de l’environnement.

Sylvain Perret, Directeur

Sylvain Perret. © Franck DUNOUAU

© F. Dunouau

Sylvain Perret est docteur et habilité à diriger des recherches (HDR) en sciences agronomiques. Pendant plus de 30 années d’expérience en recherche et enseignement supérieur dans les pays du Sud, il s’est intéressé à la gestion des ressources renouvelables, notamment l’eau agricole, à l’évaluation de systèmes agricoles et au développement rural. Sylvain Perret a mobilisé plusieurs disciplines techniques (agronomie, hydrologie, sciences de l’environnement et du climat) et des sciences humaines et sociales (socio-économie, analyse financière, sciences de gestion). Il a plus récemment utilisé les méthodologies de l’analyse du cycle de vie, l’analyse d’éco-efficience et l’analyse multicritère de systèmes agricoles, la modélisation dynamique.
Sylvain Perret a dirigé ou codirigé 11 doctorats, dont neuf réalisés par des étudiants du Sud. Il a publié plus de 50 articles dans des revues internationales et édité deux ouvrages sur la gestion mécanisée des sols agricoles et la gouvernance de l’eau.