Cultures sur les pentes du volcan Empung à Sulawesi.  B. Locatelli © Cirad

Transitions agroécologiques

En réponse aux défis posés par l’adaptation des systèmes de production du Sud aux changements globaux, des producteurs et des organisations de producteurs, la société civile, les organismes de recherche et de développement mobilisent les approches de régulations naturelles basées sur les principes de l’agroécologie pour tester et implémenter de nouvelles façons de produire. L’agroécologie fait l’objet d’une attention croissante dans l’agenda politico-institutionnel, de gouvernements, d’opérateurs et d’organisations internationales qui expriment un intérêt ou/et un soutien à cette démarche.

Les champs d’activité à renforcer ou à faire émerger au Cirad concernent plusieurs grands domaines : la production, gestion et diffusion de nouvelles connaissances ; l’analyse et la documentation des conditions de l’expression à une échelle signifiante de la transition agroécologique.

Les champs d’activité à renforcer ou à faire émerger au Cirad concernent plusieurs grands domaines.

La production, gestion et diffusion de nouvelles connaissances :

  • la production de connaissances techniques doit être poursuivie, en particulier concernant les apports de la biodiversité (y compris au niveau des sols) et de l’amélioration génétique aux transitions agroécologiques ;
  • l’évaluation multicritère des performances de la transition agroécologique doit être poursuivie ; au-delà de l’évaluation de la production, il faut pouvoir renseigner des indicateurs concernant un ensemble de services écosystémiques à l’échelle des territoires et les piliers social (génération d’emploi, participation à la réduction des inégalités…) et économique (productivité du travail, marges brutes et nettes) de la durabilité ;
  • la priorité d’actions sur les transitions agroécologiques sera également l’occasion pour le Cirad de capitaliser et diffuser ses connaissances sous des formats facilement accessibles pour la communauté scientifique et pour les acteurs du développement engagés dans le déploiement de la transition agroécologique.

L’analyse et la documentation des conditions de l’expression à une échelle signifiante de la transition agroécologique :

  • les processus d’accompagnement des acteurs qui choisissent de s’engager vers cette transition, en particulier par une étude réflexive et une capitalisation sur les projets auxquels les chercheurs du Cirad sont associés ;
  • les cadres d’intervention (plateforme d’innovation, dispositifs territoriaux…) et les échelles spatiales (y compris contribution de la transition agroécologique à des systèmes alimentaires durables) et temporelles d’intervention et leurs articulations seront particulièrement étudiés ;
  • la documentation et l’analyse des conditions de mise en marché des produits et des politiques agricoles et territoriales seront également à conforter.

Les champs d’activité à faire émerger complètent ces grands domaines.

La production, gestion et diffusion de nouvelles connaissances :

  • de nouvelles manières de programmer et d’articuler des recherches interdisciplinaires doivent être développées, en associant mieux les producteurs et les autres acteurs de la transition agroécologique pour augmenter l’impact de nos interventions.

L’analyse et la documentation des conditions de l’expression à une échelle signifiante de la transition agroécologique :

  • la mise au point de méthodes de transfert des savoirs d’origine variée (savoirs experts, locaux, scientifiques) associés à la transition agroécologique aux différents types d’acteurs (formations croisées) sera à développer.

La construction et le partage de plaidoyers de la transition agroécologique à tous les niveaux :

  • plaidoyers auprès des acteurs majeurs des évolutions agricoles ;
  • plaidoyers auprès des institutions internationales, des gouvernements, fondations, société civile ;
  • plaidoyers auprès des entreprises et des marchés.