Le concept de durabilité de l’exploitation de bois d’œuvre demande une redéfinition

Résultats & impact 29 juillet 2022
Un milliard d’hectares de forêts à travers le monde sont actuellement soumis à des coupes de bois sélectives ou partielles. La durabilité de ces pratiques d’exploitations forestières est un enjeu majeur pour la conservation de ces forêts. Pourtant, aujourd’hui encore, le concept de production durable de bois d’œuvre reste encore très controversé par l’absence de définitions claires des différentes formes que peut prendre cette durabilité. Un article paru dans PNAS Nexus fait le point.
Stock de grumes au Gabon. © D. Louppe, Cirad
Stock de grumes au Gabon. © D. Louppe, Cirad

Stock de grumes au Gabon. © D. Louppe, Cirad

Des forestiers de huit pays  (Brésil, Canada, Colombie, France, Guyana, Etats Unis, Gabon, Indonésie) ont exploré les nombreuses significations de l’utilisation du terme « durabilité » en sylviculture. Leur article dans PNAS Nexus invite les acteurs de la filière bois à redéfinir la notion de « durabilité », sous peine de promouvoir des pratiques considérées comme durables qui, dans les faits, ne le sont pas. Il propose des définitions pragmatiques des différentes formes de durabilité de la production de bois d’œuvre ainsi que leur impact en termes de production durable de bois mais aussi de conservation des forêts exploitées.  

Parmi les pratiques forestières, dont la durabilité est remise en question par les auteurs, il y a celle par exemple, qui incorpore à chaque récolte des arbres plus petits de moins bonne qualité. Cette pratique permet de maintenir des productions de bois élevées à chaque récolte, mais à long terme engendre la dégradation des forêts exploitées, et à terme une réduction de leurs services écosystémiques (production de bois, services de régulation comme le stockage de carbone, et ce qui permet à l’écosystème de fonctionner, de se maintenir en bonne santé : formation des sols, cycle de l’eau et des nutriments,…).

Accepter des rendements moindres à la 2nde récolte

Selon les auteurs, la durabilité de production de bois d’œuvre est possible seulement si l’on accepte des productions moindres dès la seconde récolte. En effet, si les rendements de production se stabilisent après la seconde récolte, ils seront nécessairement plus bas que ceux de la toute première récolte sur une forêt encore inexploitée. Dans le nord-ouest des États-Unis, par exemple, les exploitations tentent de maintenir des rendements en bois correspondant à 50 % du volume de la première récolte commerciale industrielle moderne. Ce type d’écart est appelé « la prime de forêt primaire ».

Fixer des objectifs de maintien des services écosystémiques des forêts

Moins majoritaires sont les systèmes de gestion forestière qui incluent, en plus de la production de bois, des objectifs de durabilité des services écosystémiques. Ces exploitations visent les 80 % de maintien de ces services par rapport à la prime de forêt primaire.

Réduire l’intensité et la fréquence des récoltes

Pour Plinio Sist, directeur de l’unité de recherche Forêts et Sociétés au Cirad, co-auteur de l’étude, les coupes sélectives peuvent maintenir les rendements volumétriques de bois, mais à condition de réduire l’intensité et la fréquence des récoltes en dessous des minimums légaux. En Amazonie brésilienne, « les exploitants forestiers sont autorisés à récolter jusqu'à 20 mètres cubes de bois à des intervalles de 35 ans, alors que pour maintenir les rendements de façon durable, les récoltes devraient être limitées à 10 mètres cubes à des intervalles de 60 ans », précise-t-il.

Moins de bois à terme, si certains services écosystémiques ne sont pas maintenus

Pour accepter cette réduction des récoltes, les scientifiques proposent que les industries forestières changent de braquet : plutôt que de simplement récolter du bois, choisir de gérer les forêts en prenant en compte leurs services écosystémiques. 
Par ailleurs, la croissance des arbres et le rendement en bois peuvent souvent être améliorés par de simples interventions sylvicoles, telles que la coupe de lianes recouvrant le houppier des arbres d’avenir (ceux de la prochaine récolte). Ce traitement particulier fonctionne aussi bien pour les arbres encombrés de lianes en Europe que pour ceux des régions tropicales, où « les lianes semblent augmenter en nombre et en taille en réponse aux perturbations et aux changements climatiques ».  

Pour les chercheurs, seule une gestion, dont la durabilité est repensée, pourra permettre aux forêts de conserver leur diversité et de continuer à fournir des biens et services écosystémiques dont dépendent de nombreuses espèces, dont les êtres humains.


Référence

Francis E Putz, Claudia Romero, Plinio Sist, Gustavo Schwartz, Ian Thompson, Anand Roopsind, Ruslandi, Vincent Medjibe, Peter Ellis. 2022. Sustained Timber Yield Claims, Considerations, and Tradeoffs for Selectively Logged Forests. PNAS Nexus.

Les auteurs de l’article sont affiliés à : University of Florida (Etats-Unis), Cirad (France), Embrapa (Brésil), Forest LLC (Canada), Conservation International (Etats-Unis), Yayasan Konservasi Alam Nusantara (Indonésie), National Park Agency (Gabon), The Nature Conservancy (Etats-Unis).

PNAS Nexus est le journal open-access de l'Académie des Sciences des Etats-Unis.