Bases biologiques, techniques et agro-économiques pour la co-conception de systèmes agroalimentaires de qualité - COSAQ

L’objectif spécifique de COSAQ est d’acquérir les connaissances nécessaires pour générer et évaluer des systèmes techniques innovants visant des objectifs de qualité, intrinsèque et environnementale.

Expérimentation sur ananas à la station du Cirad de Bassin Plat. © R. Carayol, Cirad

Enjeux

Avec plus de 1 000 établissements, la filière agroalimentaire représente un tiers des effectifs de l’industrie locale. Ses filières les plus performantes sont : les boissons et alcools, le sucre, la viande et le lait. Plus de 50 % des aliments consommés à la Réunion sont produits localement. Leur qualité représente donc des enjeux de développement économique et de santé publique essentiels pour l’île de La Réunion.  La qualité du produit perçue par le consommateur est cependant le résultat d’un processus complexe qui débute chez le producteur et se poursuit lors du stockage et/ou de la transformation, jusqu'à la commercialisation. Pour l'appréhender correctement, il est nécessaire d’adopter une approche intégrée, qui considère et analyse la qualité comme un continuum de l'exploitation agricole jusqu’à l’assiette du consommateur.

Descriptif

Le dispositif Co-construction de système agroalimentaire de qualité (Cosaq) a pour objectif de construire des itinéraires techniques, du producteur au consommateur, garantissant la traçabilité et la qualité des produits sous ses aspects sanitaires, sensoriels et nutritionnels. La qualité est étudiée au niveau des produits mais aussi des modes de production, d'un point de vue biologique (construction de la qualité), technique (pratiques culturales et d'agro-transformation) et économique (valorisation de la qualité des produits, conception de systèmes d'organisation, etc).

Les travaux se concentrent sur les fruits et légumes tropicaux (mangue, ananas, agrumes, banane, cucurbitacées, solanacées, légumineuses, ‘légumes lontan’, laitue, oignon, …), les productions à haute valeur ajoutée (café, cacao, vanille) et des productions de niche (miel, conflore).
-     Action 1. Identifier et modéliser les déterminants du rendement et de la qualité des produits agricoles et alimentaires  
-     Action 2. Mettre au point des techniques culturales et des procédés de transformation et/ou de conservation des produits agricoles et alimentaires -    
-     Action 3. Caractériser de façon non-destructive la qualité des produits agricoles et alimentaires

A ce jour, ce projet a déjà notamment permis :
-     La réalisation de maquette 3D d’arbres fruitiers afin de simuler et d’étudier l’interception de la lumière par les feuilles, les différents aspects de fonctionnement et la photosynthèse impliquée dans l’élaboration du rendement et de la qualité des fruits
-    La mise en place d’une production d’ananas Victoria bio à La Réunion
-    Des écovergers où des pratiques culturales pour gérer les ravageurs ont été mises en place en alternative aux pesticides

Changements attendus

-    La modélisation du rendement et de la qualité de la mangue
-    La compréhension des interactions entre rendement, qualité et bioagresseurs pour les cultures fruitières
-    L’élaboration de la qualité du poivre à queue
-    Le biocontrôle pour lutter contre les ravageurs
-    Une gestion des vergers en culture intégrée
-    Une sélection de systèmes de culture d’ananas
-    La mise au point de traitements post récolte alternatifs (huiles essentielles, chocs CO2, hypoxie) pour la protection de la mangue et de l’ananas contre le développement de bio agresseurs en conservation
-    Des bases de données sur les produits étudiés (ananas, mangue, caco, café, miel, poivre, canne à sucre…)
-    Des méthodes pour l’analyse des données spectroscopiques
-    Des modèles d’organisations territoriales de systèmes de production résilients sur la base des outils développés
-    Des nouvelles voies de valorisation des fruits issus de la production fruitière intégrée
-    Des outils et de méthodes d’accompagnement dynamique des acteurs

Impacts attendus

-    Une agriculture compétitive dans une dynamique d’agroécologie, avec des rendements améliorés, des produits de qualité avec une réduction significative des impacts environnementaux et sanitaires de la production de fruits
-    L’élaboration de produits de qualité à très haute valeur ajoutée (cacao, café, miel, poivre à queue)
-    Des leviers efficients mobilisables dans des systèmes zéro pesticide permettent de lutter contre les bioagresseurs (ravageurs, maladies, adventices)

 

Partenaires contractuels

Locaux :
•    Agriculteurs des filières fruitières et du café, Organisations de Producteurs,
•    Coopératives agricoles,
•    IAA,
•    Armeflhor,
•    AROP-FL,
•    ARIFEL,
•    Chambre d'agriculture de la Réunion,
•    CRITT Réunion,
•    CTIFL (St Rémy de Provence),
•    Lycée agricole de Saint-Paul.
Nationaux et internationaux :
•   Agro ParisTech, Montpellier SupAgro, AgroCampus Ouest, ENSAT
•   INRAE
•   Centres de recherche internationaux (Madagascar, Maurice, Australie)
•   Centres techniques (Madagascar)
•   Universités françaises (Avignon, La Réunion, Montpellier)
•   Universités à l'étranger (Madagascar, Afrique du Sud, Maurice, Australie)