Myanmar

L'agriculture est un secteur majeur de l'économie du Myanmar, contribuant à près de 60 % de l'emploi total, mais la productivité reste faible tant pour les cultures vivrières que pour les cultures de rente, et les bonnes pratiques agricoles ne sont pas toujours bien connues et adoptées par les agriculteurs. Ainsi, la sécurité alimentaire et les pratiques agricoles respectueuses de l'environnement suscitent des préoccupations croissantes. C'est pourquoi le Cirad mène des activités visant à soutenir le développement de systèmes alimentaires et agricoles plus durables et inclusifs. Le Myanmar est également l'un des pays les plus vulnérables au changement climatique. Cette vulnérabilité affecte les conditions socio-économiques des agriculteurs. Le défi pour le Myanmar est de continuer à réduire la pauvreté, en particulier dans les zones rurales où vivent 70 % de la population, d'assurer une croissance inclusive et de promouvoir une agriculture respectueuse de l'environnement. Le Myanmar ayant un potentiel important pour bénéficier de l'amélioration de la chaîne de valeur et de l'intégration aux marchés mondiaux, le Cirad a développé, avec ses partenaires, des projets multidisciplinaires pour exploiter ce potentiel et réduire la vulnérabilité des ménages.
Southern Shan State, cueilleuse de poivrons. © Isabelle Vagneron, Cirad
Southern Shan State, cueilleuse de poivrons. © Isabelle Vagneron, Cirad

Southern Shan State, cueilleuse de poivrons. © Isabelle Vagneron, Cirad

Principaux domaines de recherche

  • Hévéaculture et filière caoutchouc
  • Développement de systèmes alimentaires et agricoles plus durables et inclusifs.

Depuis le coup d’État en 2021, les activités du Cirad ont considérablement été réduites. Ainsi la participation du Myanmar aux projets régionaux ASSET, FORSEA, Indications Géographiques (IG) et au FSPI "One Health en pratiques en Asie du Sud-Est" n’a pas pu se faire comme prévu, mais deux actions sont suivies par le Cirad avec des ONGs présentes sur place :

Accompagnement de la filière hévéa/caoutchouc

Le projet GRO Myanmar : Générer des débouchés dans le domaine de la production de caoutchouc (Generating Rubber Opportunities in Myanmar)

Ce projet de développement est conduit par CARE international au Myanmar et financé par la Swiss Agency for Development and Cooperation (SDC). L’objectif  est d’améliorer les conditions de vie des petits planteurs d’hévéa et des saigneurs en soutenant le développement d’un cadre institutionnel qui permet au secteur hévéicole de devenir plus compétitif et résilient. Après plusieurs missions courtes à partir de 2017, le Cirad a été associé en 2019 comme co-facilitateur du projet avec l’arrivée en poste à Rangoun d’une chercheuse de l’UMR ABSys (elle a cependant dû quitter le pays après le coup d’État de février 2021 et s’installer à Bangkok). C'est depuis la Thaïlande qu'elle assure désormais le suivi de la phase actuelle du projet prolongée jusqu’à fin 2022 avec une réorientation forte vers de l’humanitaire/aide d’urgence, et en parallèle avec le maintien de l’approche initiale pour le développement du système des marchés en s’appuyant davantage sur le partenariat avec le secteur privé.
En savoir plus : Generating Rubber Opportunities in Myanmar

Appui aux filières agricoles au Myanmar

Le projet Innovation agricole et chaînes de valeur inclusives pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Myanmar

Le projet (Agricultural Innovation and Inclusive Value Chains For Food And Nutrition Security in Myanmar) (Alive-FNS) proposé par le Gret et le Cirad a été sélectionné par l’Union européenne pour un financement délégué auprès de l’AFD. Il reposait initialement sur une intégration entre une approche filière, une approche en termes de nutrition (Concilier agriculture et gestion des ressources naturelles pour la sécurité alimentaire - Linking Agriculture and Natural Resource Management towards Nutrition Security, Lann+) et une approche agroécologique, pour assurer que le développement agricole se traduise aussi par des améliorations de l’état nutritionnel des populations ciblées. Il devait être conduit dans deux zones montagneuses : le nord de l’État Chin et le sud de l’État Shan. Suite au coup d’état, le projet (qui a démarré en octobre 2021) s’est finalement concentré sur le maraîchage et le konjac dans le nord de l’État Chin, et sur la filière riz dans le delta de l’Irrawady. Il a été entièrement réorganisé, les activités de recherche étant redéployées vers de l’aide aux populations locales (distribution de kits de semences, rémunération du travail). Les activités ont débuté en année 1 avec le Gret et des partenaires birmans. Ce projet est suivi par une chercheuse de l’UMR Moisa et implique deux chercheurs de l’UMR Tetis (télédétection) à Montpellier.

Principaux partenaires (2021-2022)

Autres partenariats importants suspendus en 2021